photofichefilm
LETTRE D’UN CINÉASTE : CHANTAL AKERMAN
de Chantal Akerman | France | 1984 | 8 min | couleur | vidéo
Collection Cinéma, cinéma | Avec Aurore Clément, Chantal Akerman, Colleen Camp, Marilyn Watelet

« Pour faire du cinéma, il faut des interprètes. » Dans la Lettre d’un cinéaste, l’interprète (le double) est Aurore Clément, choisie, à la lettre, pour son prénom (aurore : le commencement qui vient après la nuit de l’image interdite). « Pour faire du cinéma, il faut se lever. » Une fois levée, la cinéaste s’habille ; une fois vêtue, elle rencontre des gens ; et si la rencontre advient autour d’une table, alors elle mange et elle boit – mais quoi ? C’est ainsi que la cinéaste passe (enchaîne) de la Loi à la vie, de l’interdit au travail, du Ciel vide à la ville peuplée d’amis.
H. Frappat, in Autoportrait en cinéaste, éd. Cahiers du cinéma/Pompidou, 2004

SÉANCES : Merc 2/4 | 17h30